Jan 31
La véritable Soul Food
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 01 31st, 2022| icon3Commentaires fermés sur La véritable Soul Food

L’expression « soul food » n’est devenue courante que dans les années 1960. Avec la montée des mouvements de défense des droits civiques et du nationalisme noir dans les années 1960, de nombreux Noirs américains ont cherché à récupérer leur part de l’héritage culturel américain. Alors que des termes comme « soul brother », « soul sister » et « soul music » étaient utilisés, les gens ont commencé à utiliser le terme « soul food » pour décrire les recettes que les Noirs américains cuisinaient depuis des générations. L’expression a peut-être été utilisée pour la première fois en 1962 par le militant des droits civiques et poète Amiri Baraka. La même année, Sylvia Woods a ouvert son restaurant Sylvia’s à Harlem, devenu célèbre ; aujourd’hui, Sylvia Woods est connue par beaucoup comme « la reine de la soul food ». Les restaurants et les livres de cuisine soul food ont continué à être populaires dans les années 70.

La nourriture
La cuisine soul food est une cuisine basique et familiale qui trouve ses racines dans le Sud rural. Les aliments de base de la cuisine soul food sont les haricots, les légumes, la farine de maïs (utilisée dans le pain de maïs, les hush puppies, les johnnycakes et pour enrober le poisson frit) et le porc. Le porc a un nombre presque illimité d’utilisations dans la cuisine soul. De nombreuses parties du porc sont utilisées, comme les pieds de porc, les jarrets de porc, les oreilles de porc, les bajoues de porc et les chitlins. La graisse de porc est utilisée pour les fritures et comme ingrédient dans les légumes verts cuits lentement. Les boissons sucrées et froides sont toujours très appréciées.

Soul ou Sudiste ?
Pour de nombreux Américains, tout cela ressemble à une description de la nourriture du Sud. Les distinctions entre soul et Southern sont difficiles à faire. Dans son « Soul Food Cookbook » (1969), Bob Jeffries résume la situation de la manière suivante : « Si toute la soul food est de la nourriture du Sud, toute la nourriture du Sud n’est pas de la soul. La cuisine soul food est un exemple de la façon dont les très bons cuisiniers du Sud cuisinaient avec ce qu’ils avaient à leur disposition. »

La soul food trouve ses racines dans l’esclavage des Africains, qui devaient alors se contenter de ce qu’ils avaient sous la main. Pendant les 100 années qui ont suivi l’abolition de l’esclavage, de nombreux Noirs américains ont continué à utiliser les ingrédients qui faisaient partie de leurs traditions alimentaires. Bien sûr, le soul food n’est pas entièrement défini par un clivage racial. Historiquement, il n’y a pas eu beaucoup de différence entre les aliments consommés par les Noirs pauvres du Sud et les Blancs pauvres du Sud. John T. Edge, directeur de la Southern Foodways Alliance, a écrit : « Les différences entre les aliments des Sudistes noirs et blancs sont subtiles. Un piment plus fort, une main plus lourde avec le sel et le poivre, et une plus grande utilisation des abats sont des caractéristiques comparatives de la cuisine soul et de la cuisine country. »

Jan 23
Les épices bérbères
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 01 23rd, 2022| icon3Commentaires fermés sur Les épices bérbères

Le berbère est un mélange d’épices traditionnel qui constitue l’épine dorsale de la cuisine éthiopienne et érythréenne. Il est utilisé dans de nombreux plats différents, dont le plat national éthiopien, le doro wat (ragoût de poulet). Ce mélange fougueux est un assemblage d’épices mélangées et assorties dans la cuisine de chaque cuisinier, parfois dans différents mélanges pour différents plats.

Qu’est-ce que le berbère ?
Ingrédient polyvalent, le berbère est un mélange épicé d’épices séchées utilisé pour parfumer les ragoûts composés de viande, de légumes ou de légumineuses. Les notes épicées, sucrées et d’agrumes se combinent pour créer un assaisonnement complexe qui ajoute de la saveur à tout, des protéines aux fruits. Le berbère peut également servir à frotter la viande avant de la faire frire ou de la griller. Lorsqu’on combine le berbère avec de l’huile et de l’hydromel ou du vin rouge, on obtient une pâte appelée awaze, que l’on sert comme condiment à table. Le berbère est disponible dans les magasins spécialisés et peut facilement être fabriqué à la maison.

Origines du berbère
En amharique, la langue officielle de l’Éthiopie, « barbare » signifie « poivre » ou « piquant ». Il n’est donc pas surprenant que l’épice berbère donne à la cuisine éthiopienne son caractère piquant. On pense que le berbère est apparu au Ve siècle, lorsque l’Éthiopie contrôlait la route de la mer Rouge vers la route de la soie. Les commerçants avaient accès aux épices de Chine, qui se retrouvaient sur les marchés locaux et finalement dans les foyers. Au fil du temps, les ménages ont développé leurs propres mélanges, perfectionnant ainsi les mélanges qui ont été transmis de génération en génération.

De quoi s’agit-il ?
Le berbère est un mélange d’épices traditionnel qui peut contenir plus d’une douzaine d’épices différentes. Les principaux ingrédients sont généralement les piments rouges, le fenugrec et le gingembre, auxquels s’ajoutent des épices chaudes comme la coriandre, la cardamome, le quatre-épices, le cumin, le poivre en grains, le clou de girofle, la cannelle et certaines épices indigènes moins connues comme le korarima, l’ajwain et le poivre long.

Quel est son goût ?
Le berbère est un mélange de piments épicés, mais sa saveur complexe ne déborde pas de chaleur. Bien qu’il ne soit pas exactement doux, le berbère est adouci par des saveurs douces et citronnées. Puisqu’il contient de multiples ingrédients, chacun ayant sa propre saveur et son propre parfum complexe, le berbère n’a pas de profil de saveur universel. Les ingrédients les plus courants du mélange confèrent chaleur, piquant, terre et douceur aux plats mijotés.

Cuisiner avec le berbère
Traditionnellement, le berbère est sauté avec de l’huile et des oignons au début de ragoûts et de braisages riches et savoureux. Vous pouvez également saupoudrer le mélange d’épices sur du poisson grillé ou des fruits frais juste avant de servir pour obtenir des notes chaudes et citronnées sans dominer le palais. Lorsque le berbere est transformé en awaze, il peut être utilisé comme sauce pour tremper l’injera (pain de teff éthiopien). Pour des préparations non traditionnelles, incorporez le berbere dans du yogourt ou de la crème sure pour une trempette piquante ou dans une sauce pour accompagner les viandes.

Recettes avec du berberé
Le berbère est un ingrédient essentiel de certains plats éthiopiens comme le doro wat, mais il peut aussi être utilisé comme mélange d’épices dans une variété de plats. Ajoutez-le aux plats de légumes et de haricots et aux ragoûts, ou utilisez-le comme frottement sec pour les viandes, pour assaisonner les boulettes de viande, ou comme assaisonnement pour le tartare ou le poke. Ajoutez-le aux sauces ou préparez un awaze et utilisez-le comme trempette ou pour garnir les salades.

Remplacez les épices par du berbère dans ces recettes de pois chiches croustillants ou d’ailes de poulet grillées.

Doro Wat éthiopien
Pois chiches croustillants aux épices
Ailes de poulet grillées et épicées

Substitutions
Les mélanges d’épices suivants ont tendance à varier dans leurs composants, mais ils ont un profil de saveur proche du berbère, avec des ingrédients communs comme le piment de la Jamaïque, le gingembre, le fenugrec, la cannelle et les grains de poivre. Trouvez un mélange qui contient une majorité d’épices qui se recoupent.

Ras al hanout
Garam masala
Baharat

Où acheter du berbère
Vous trouverez le bérébéré au rayon des épices ou au rayon international d’un supermarché bien achalandé. Vous pouvez également le trouver sur certains marchés internationaux, ainsi que chez des fournisseurs d’épices en ligne. Vous pouvez facilement préparer votre propre mélange d’épices de berbère en utilisant des épices moulues.

Conservation
Conservez le berbère dans un récipient hermétique, dans un endroit frais et sec, pendant un an au maximum. Comme toutes les épices, utilisez-les dans les six mois pour obtenir le meilleur goût. Le berbère ne se détériore pas, il perd plutôt sa saveur avec le temps et finit par prendre un goût fade et boisé.

Jan 18
Un apéritif à la marocaine
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 01 18th, 2022| icon3Commentaires fermés sur Un apéritif à la marocaine

Bien que la façon marocaine traditionnelle de recevoir consiste à offrir à vos invités un repas assis à plusieurs plats, les amuse-gueules sont un moyen idéal de mettre en valeur les délices marocains lors de votre prochaine fête. Voici une liste de snacks et d’amuse-gueules pour vous aider à démarrer.

Les olives sont utilisées dans la cuisine marocaine, servies comme condiments ou entrées, et bien sûr, disposées pour être grignotées. Presque tous les types d’olives séchées conviendront à votre table d’apéritifs, mais envisagez d’acheter des olives marocaines importées, comme celles que vous trouverez dans la boutique en ligne Mustapha’s Moroccan.

Ce fromage importé des Pays-Bas au Maroc, surnommé « fromage rouge » en raison de sa couche de paraffine colorée, est devenu un fromage standard et universel au Maroc. Ajoutez des tranches à des sandwichs miniatures, ou coupez-le en petits cubes pour le servir dans un plateau de fromages.

Ces croissants farcis savoureux peuvent être préparés à l’avance avec une pâte feuilletée non levée ou une pâte à croissant levée. Au Maroc, la saucisse merguez est très populaire, mais vous pouvez la remplacer par une autre variété si vous le souhaitez. Faites-les cuire et congelez-les à l’avance, puis passez-les au four pour les réchauffer.

Ces jolis morceaux de pâte feuilletée fourrés de fromage, d’herbes et d’olives fondront dans votre bouche. L’ajout de viande salée ou cuite est facultatif. Les pâtisseries peuvent être assemblées à l’avance et congelées jusqu’au moment de la cuisson.

Facile à préparer à l’avance, cette tapenade d’olives noires ou vertes peut être servie comme trempette ou offerte déjà étalée sur des craquelins ou des petites tranches de pain croustillant. Il est conseillé d’en avoir un peu sous la main pour donner à la tapenade son goût caractéristique.

Ces petites pâtisseries frites peuvent être farcies de garnitures sucrées ou salées. Au Maroc, ils sont préparés avec une pâte fine spéciale appelée warqa, mais à l’étranger, vous pouvez utiliser de la pâte phyllo ou des feuilles de rouleau de printemps. Faites-les frire à l’avance et réchauffez-les au four.

Ce tutoriel vous explique comment préparer une délicieuse « crêpe » farcie, appelée msemen. Celle présentée ici est farcie d’oignons épicés. Le tutoriel contient également un lien vers une recette de farce au bœuf haché. Tous les types de msemen, nature ou farcis, peuvent être préparés à l’avance pour être facilement réchauffés. Coupez chaque pâte en quatre pour obtenir des portions de la taille d’une bouchée.

Le harcha est un pain de semoule qui se cuisine sur le feu. Cette version est farcie d’une farce savoureuse aux herbes et au fromage.

Cette strate ressemblant à une quiche est entièrement recouverte de pâte feuilletée. Garnie de légumes sautés, de dinde fumée et de fromages, elle plaira à tous. Disposez des carrés prédécoupés sur un plateau, ou placez simplement la casserole sur le buffet pour que les invités se servent eux-mêmes.

Ces savoureux wraps au kefta et au fromage sont parfaits pour offrir des amuse-gueules à l’occasion d’une fête ou d’un goûter. Faites-les cuire à l’avance et réchauffez-les au besoin. Servez-les chauds ou à température ambiante.

Fraîchement assaisonné de gingembre, de safran et de cannelle, ce plat de poulet en forme d’omelette peut être coupé en petits quartiers ou en carrés.

Les fekkas sont des petits bijoux croustillants qui peuvent prendre la forme d’un cracker salé, comme les fekkas épicés présentés ici, ou d’un biscuit plus doux, week-end cuisine comme les biscotti. Tous les fekkas sont parfaits pour le goûter ou pour être servis comme amuse-gueule lors d’une réception.

Jan 3
La sécurité alimentaire en question
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 01 3rd, 2022| icon3Commentaires fermés sur La sécurité alimentaire en question

L’équipe de travail interministérielle du gouvernement sur la sécurité alimentaire et la sécurité sanitaire des aliments ne s’est pas réunie depuis la précédente élection nationale en mai 2019.

Cela a été confirmé par Annette Steyn, députée DA pour l’agriculture, qui a déclaré : « La dernière fois, d’après mes souvenirs, c’était juste après la dernière grande épidémie de listériose ».

En 2017/18, un total de 216 Sud-Africains sont morts après avoir consommé des viandes transformées contaminées produites dans une usine Enterprise Foods à Polokwane.

Steyn est d’avis que cette incapacité de l’équipe spéciale à se réunir constitue une grande menace pour les citoyens sud-africains. « La commission était déjà très préoccupée par quelques problèmes majeurs. La majorité de ces préoccupations n’ont pas été prises en compte. » Même en 2019, les inspecteurs sanitaires n’avaient pas inspecté de près les pratiques de santé alimentaire, en raison du manque de personnel, a-t-elle déclaré.

« Ils étaient plus impliqués dans l’examen de questions telles que les problèmes d’égouts que la sécurité alimentaire. »

Le Dr Hein Nel, directeur exécutif de l’Agence pour la sécurité et la qualité des aliments (AFSQ), a déclaré que même si la sécurité alimentaire de l’Afrique du Sud était probablement comparable aux meilleures du monde, il y avait quelques risques négligés.

« Au niveau des abattoirs, il peut y avoir quelques déficiences. « Par exemple, lorsque des aliments non comestibles sont retirés de la chaîne de valeur, il n’existe pas de directives claires stipulant exactement comment les produits avariés doivent être détruits. Cela conduit souvent à ce que ces aliments retournent dans la chaîne de valeur alimentaire commerciale, ce qui peut poser un risque grave pour la santé des consommateurs », a déclaré M. Nel lors d’un récent webinaire organisé par FairPlay.

L’AFSQ a été nommée par le ministère de l’agriculture, de la réforme agraire et du développement rural comme cessionnaire des produits animaux réglementés.

M. Nel a déclaré que des risques similaires existaient également en ce qui concerne les aliments importés.

Toutefois, Matlou Setati, directeur de l’initiative sur la sécurité alimentaire du Consumer Goods Council of South Africa, a déclaré lors du webinaire que l’Afrique du Sud disposait de bons systèmes alimentaires. « La sécurité alimentaire est la responsabilité de tous, y compris des consommateurs ».

Elle a ajouté que les consommateurs devaient s’éduquer en lisant attentivement les étiquettes des emballages alimentaires.

« Il est important de regarder les dates de vente et de péremption sur les emballages », a déclaré Setati, ajoutant que de nombreux détaillants n’avaient pas de générateurs pour maintenir la chaîne du froid intacte pendant les pannes de courant.

« Lorsqu’un consommateur rentre chez lui, il est important d'[inspecter] les aliments et de voir si l’emballage est gonflé ou fuit. »

Déc 16
Le plaisir de mixer les traditions culinaires
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 12 16th, 2021| icon3Commentaires fermés sur Le plaisir de mixer les traditions culinaires

Décembre est un moment pour se réunir et célébrer avec la famille et les amis. Selon votre religion, votre culture et même votre situation géographique, cette célébration peut être différente dans de nombreux foyers. Et dans le monde d’aujourd’hui, avec un mélange et une fusion de familles, cela peut aboutir à un délicieux méli-mélo de traditions hivernales. Rien de plus vrai qu’avec mon clan : nous avons pris des morceaux de tous nos héritages pour former notre propre célébration unique. Pourtant, même avec toutes nos différences, nous avons une chose qui nous unit à travers tout cela… la nourriture !
Pour moi, les vacances d’hiver étaient toujours un peu décevantes. J’ai grandi dans une famille juive, nous n’avons donc jamais eu aucune des festivités culinaires traditionnelles de Noël que j’ai trouvées si fascinantes dans les familles de mes amis Gentils. Pas de cuisson familiale de biscuits de Noël ou de bonhommes en pain d’épice, pas de bûches de Noël et certainement pas de dîner de Noël avec un jambon glacé au miel coupé en spirale
En revanche, ma mère préparait un lot de produits trop gras et légèrement des latkes insuffisamment cuits pour Hanoucca, chaque fois que cela tombait en décembre, cours de cuisine et c’était tout. Pour une famille et une culture dont les vacances sont plutôt axées sur la nourriture avec des plats spéciaux ou des rituels spécifiques tournant autour des repas (je vous regarde Pessah Seder et Yom Kippour rompre le jeûne), les tristes latkes de décembre ont toujours un peu l’impression d’être un bousiller.
Puis tout a changé lorsque j’ai fondé ma propre famille.
Mon mari et moi nous sommes rencontrés pour notre premier rendez-vous dans un café local, où je l’ai presque renversé sur le parking, et c’était à peu près le coup de foudre (ou un accident de voiture ?) Après cela. Bien sûr, nous avions beaucoup en commun : nous aimions tous les deux être dehors, avions un sens de l’humour loufoque et, évidemment, appréciions la compagnie de l’autre. Mais la chose qui nous a vraiment réunis ? Nourriture.
Vous voyez, mon mari est vietnamien. Sa famille s’est enfuie du Vietnam au début de la guerre, et les seules choses qu’ils ont pu emporter de leur pays d’origine étaient les vêtements qu’ils portaient sur le dos, quelques livres et leurs recettes. Le peuple juif a eu une diaspora similaire au fil des ans (en fait, beaucoup de nos vacances axées sur la nourriture se concentrent sur cela). Bien que tant de choses sur nos deux cultures soient différentes, nous avons découvert que les Vietnamiens et les Juifs sont plus similaires qu’autrement. Et, l’une de ces choses qui nous rassemblent est la nourriture.
Ainsi, il y a de nombreuses années, lors de nos premières vacances d’hiver ensemble, nous avons eu une grande décision à prendre. Pas seulement pour nous deux, mais pour notre famille recomposée. Mon mari est venu avec deux jeunes garçons, qui avaient fêté Noël avec leur mère — une fête que je n’ai jamais vécue personnellement. Alors, comment célébrons-nous les vacances, en mélangeant nos cultures, nos familles et nos traditions, tout en honorant nos différents héritages ? Et voici notre réponse : puisque nous sommes mélangés de tant de façons, mélangeons aussi nos vacances.
Cela signifie inclure des aliments qui nous représentent tous sur fond de menorah de Hannukah, des décorations du solstice d’hiver, un sanctuaire bouddhiste pour nos proches et un Noël arbre pour faire bonne mesure.
Bien sûr, cette année sera un peu différente avec de petites réunions de famille au lieu de notre fête mondiale de la famille et des amis comptant près de 50+. Mais je prévois toujours de célébrer avec de la nourriture, de la meilleure façon que j’ai apprise. Ma belle-sœur déposera probablement du poulet ou du curry de fruits de mer fait maison, je préparerai un lot de latkes et nous pourrions avoir un peu de plats à emporter dans notre restaurant indien local préféré. Nous allons nous rassembler autour de la table (et de l’ordinateur portable pour un appel Zoom), creuser et mélanger.

Déc 16
Le plaisir de la cuisine indienne
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 12 16th, 2021| icon3Commentaires fermés sur Le plaisir de la cuisine indienne

Découvrez la scène culinaire franco-tamoule de Puducherry

Puducherry est un mélange fascinant de culture française et tamoule, et le paysage alimentaire de la ville en témoigne. Faites de Tanto, situé près de l’aéroport, votre premier arrêt. Il cultive ses propres légumes, fabrique ses propres pâtes et toutes les recettes proviennent de la mère de la propriétaire italienne – demandez les délicieuses pizzas à pâte fine cuites au feu de bois. Une fois en ville, rendez-vous au New Banana Café et plongez dans la galette, une crêpe de sarrasin farcie de tomates, de fromage et d’olives. Si tous ces délices salés vous donnent des envies de sucré, arrêtez-vous chez Zuka et demandez un chocolat chaud – il est servi avec une cuillère en chocolat et deux cubes de chocolat râpé à mélanger à la boisson déjà succulente. Pour le petit-déjeuner du lendemain, rendez-vous au fantaisiste Café Des Arts, situé dans une maison franco-tamoule reconvertie, et commandez le croque monsieur, un sandwich grillé au jambon et au fromage. Si tous ces délices français vous ont donné un léger mal du pays, vous pouvez le combattre avec un fabuleux repas tamoul à l’hôtel Sri Kamatchi. Pendant que vous absorbez le curry vanjaram avec du kal dosai moelleux, réfléchissez à l’endroit où vous mangerez la prochaine fois – il en reste beaucoup.

Dégustez des kachoris et bien plus encore à Bikaner, au Rajasthan.

À Bikaner, au Rajasthan, vous sentirez la nourriture avant de la voir (et de la manger). C’est l’odeur du jeera fraîchement grillé et du chashni sucré qui flotte dans l’air. Suivez-la et, assez rapidement, vous serez sur la bonne voie pour trouver les meilleurs kachoris de la ville. Il est probable que vous finissiez chez Pawan Kachoriwala. Dégustez des kachoris croustillants, parfaitement dorés, garnis de yaourt, de chutney vert et de sauce tamarin : c’est le choix parfait (bien que très gras) pour le petit-déjeuner. Pour des kachoris d’un autre genre, rendez-vous au Shri Bikaner Mishthan Bhandar et demandez le décadent mawa kachori, mais, si vous jugez qu’il est trop tôt pour une overdose de sucre, choisissez plutôt le mirchi boda épicé. Lorsque votre faim revient (et elle reviendra), passez par le Manka Maharaj Rabri Wale, situé dans les ruelles du vieux Bikaner – le rabri est à goûter absolument. Si la plupart des plats de Bikaner sont des classiques séculaires bien faits, il y a une spécialité que vous devez absolument goûter (et avec laquelle vous terminerez votre voyage) : le kulfi au lait de chamelle à l’ICAR – National Research Centre on Camel. Son goût est aussi étrangement merveilleux qu’il en a l’air !

Achetez de la nourriture dans la rue à Kolkata, cours de cuisine Bengale occidental.

Toute visite de la Cité de la joie ne doit pas nécessairement se limiter à un arrêt au pont Howrah, au mémorial Victoria et à d’autres sites incontournables. Vous pouvez, au contraire, prendre votre pantalon à taille élastique le plus confortable et arpenter les rues de la ville. Commencez par le Sharma Tea House – le thé au kesar est le meilleur moyen de commencer votre parcours de street food. Dirigez-vous ensuite vers Dacres Lane – que vous décidiez de vous offrir un rava dosa croustillant dans l’un des nombreux stands d’Inde du Sud ou de dévorer un chowmein à l’indienne dans le stand presque délabré qui porte le nom de Classic Fast Food Lane, vous n’aurez pas à vous plaindre – tout est délicieux. Puisque toute cette graisse est meilleure si elle est arrosée de lassi, dirigez-vous vers la célèbre Esplanade Lane. Installé au même endroit depuis 40 ans, l’étalage de jus de fruits frais et de lassi est la suite parfaite de vos excès de nourriture grasse de tout à l’heure. Faites de Russell Street votre dernier arrêt et régalez-vous de ce favori local, sans lequel aucune expérience de street-food à Kolkata ne peut être considérée comme complète : la puchka. Soyez prévenus : vous ne pourrez pas vous arrêter à quelques-uns.

Déc 9
Alimentation: un boost de collagène
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 12 9th, 2021| icon3Commentaires fermés sur Alimentation: un boost de collagène

Le collagène est la protéine la plus abondante dans notre corps. En fait, il représente un tiers des protéines totales de notre corps et 70 pour cent des protéines de notre peau. Il fournit la structure du tissu conjonctif et se trouve dans nos os, tendons, ligaments, intestins, cheveux et ongles. Il existe de nombreux types de collagène, mais 90 pour cent du collagène dans le corps sont des types 1, 2 et 3.

Le collagène est fabriqué à partir des protéines que nous mangeons. Les protéines aident à reconstruire les tissus articulaires endommagés et à produire du cartilage sain, qui est un autre type de collagène. Mais tandis que notre corps fabrique du collagène, cette production diminue avec l’âge. Des facteurs environnementaux tels que la pollution et des facteurs liés au mode de vie tels qu’une mauvaise alimentation peuvent également diminuer la production de collagène.

Nos ancêtres utilisaient une alimentation animale entière, qui fournissait naturellement une quantité abondante de collagène. Les bouillons d’os, bonnes sources de collagène, sont des aliments de base dans les régimes alimentaires traditionnels de la plupart des cultures. Cette protéine a également fait son entrée dans les régimes alimentaires précoces par le biais de jarrets, cous, pieds, queues de bœuf et côtes cuits lentement, ainsi que dans les soupes et les ragoûts de poisson entier. Peu de gens préparent et mangent ces aliments aujourd’hui, donc pratiquement aucun d’entre nous ne consomme beaucoup de collagène dans son alimentation. Et ce n’est pas bon, cours de cuisine car cette protéine multitâche remplit de nombreuses fonctions clés dans le corps.

Rôles et avantages du collagène
Le collagène est essentiel pour une peau lisse et saine, et les recherches suggèrent que la supplémentation pourrait contrecarrer certains signes du vieillissement. Une étude en double aveugle contrôlée par placebo a révélé que les suppléments de collagène utilisés quotidiennement chez les femmes âgées de 35 à 55 ans pendant huit semaines amélioraient considérablement l’élasticité de la peau. Dans une autre étude en double aveugle, les femmes qui prenaient quotidiennement un supplément de collagène ont connu une réduction de 20 % de la profondeur des rides autour de leurs yeux après huit semaines.

Certaines personnes rapportent d’autres avantages de la supplémentation en collagène, tels que des cheveux et des ongles plus sains, une meilleure cicatrisation des plaies, une diminution de la cellulite et un rétablissement encore plus rapide après une blessure. Mark Sisson, Paléo Un expert en alimentation du blog Mark’s Daily Apple, a écrit que lorsqu’il a subi une blessure au tendon d’Achille, il a connu une guérison spectaculaire après avoir commencé à se supplémenter en collagène.

De nombreuses personnes signalent également que leurs articulations deviennent moins douloureuses et raides lorsqu’elles prennent des suppléments de collagène. Des études ont montré qu’un supplément de collagène améliore certaines mesures de la douleur et de la fonction chez les personnes souffrant d’arthrose ou d’autres affections arthritiques.

Le collagène pourrait également aider à la récupération musculaire après l’exercice. Une étude du Département de nutrition et de nutrition sportive pour l’athlétisme de la Penn State University a révélé que lorsque les étudiants-athlètes étaient supplémentés en collagène pendant 24 semaines, la majorité présentait une amélioration significative du confort articulaire, ainsi qu’une diminution des facteurs ayant un impact négatif sur performance athlétique.

Façons d’obtenir plus de collagène
Vous pouvez obtenir du collagène à partir d’aliments tels que la gélatine utilisée dans les recettes (oui, cela inclut Jell-O), mais la source de nourriture la plus connue est l’os bouillon (parfois appelé bouillon), longtemps vénéré comme aliment de guérison. Le bouillon d’os est facilement digestible et peut aider à renforcer le système immunitaire et à réduire l’inflammation et les symptômes pendant la maladie.

Le bouillon d’os riche en nutriments peut également aider à la récupération musculaire après un exercice intense ou une blessure. Kobe Bryant et d’autres joueurs de basket-ball des L.A. Lakers attribuent au bouillon d’os le mérite de les avoir aidés à se remettre de leurs blessures et à prolonger leur carrière.

Vous pouvez préparer votre propre bouillon d’os dans une mijoteuse, ou si vous manquez de temps, achetez simplement un bouillon d’os de haute qualité à base d’os de poulet biologiques ou d’os de bœuf nourris à l’herbe au pâturage, comme Bonafide Provisions Restorative Bone Bouillon.

Un moyen pratique d’obtenir un regain de collagène rapide est de manger une barre alimentaire à faible teneur en sucre qui contient du collagène. La barre de noix de coco et de noix de cajou de Primal Kitchen avec du collagène nourri à l’herbe et la barre de protéines de collagène sablé à la vanille à l’épreuve des balles sont deux exemples savoureux.

Suppléments
Il existe de nombreux types et formes de collagène suppléments disponibles. Considérez une poudre de collagène, qui est probablement la plus facile à utiliser. Et recherchez le collagène hydrolysé, également appelé hydrolysat de collagène ou peptides de collagène. Sous cette forme, la protéine a été décomposée en peptides plus petits, plus faciles à digérer et plus absorbables.

Recherchez également une marque sans OGM ; exempt d’allergènes, de charges, de liants et d’édulcorants courants ; et dérivé de sources animales durables. Vital Proteins, par exemple, fabrique des peptides de collagène provenant de peaux de bovins nourris à l’herbe et élevés au pâturage du Brésil, et le collagène marin provient de vivaneau rouge capturé dans la nature et sans OGM.

La poudre de collagène hydrolysée est relativement insipide et inodore, et se mélange rapidement et facilement dans les boissons froides et chaudes simplement en remuant. Vous pouvez l’ajouter à de l’eau, du lait d’amande ou de coco; boissons chaudes; et des soupes et des ragoûts. La façon la plus populaire de le consommer est simplement de le mélanger dans une tasse de café ou de thé quotidienne.

Une mise en garde importante : avant de commencer à prendre des suppléments, soyez Sachez que si de nombreuses personnes ressentent des avantages et n’ont aucun effet secondaire à prendre du collagène hydrolysé, certaines personnes ont signalé avoir développé des symptômes inconfortables tels que ballonnements, constipation et maux de tête. On ne sait pas exactement pourquoi cela se produit. Certains ont constaté qu’ils ne souffrent pas des mêmes effets secondaires lorsqu’ils passent à une forme ou à une marque différente. Si vous ressentez des symptômes, ce peut être une bonne idée de commencer avec de très petites quantités et d’augmenter lentement jusqu’à la dose quotidienne recommandée, ou d’arrêter complètement de la prendre.

Une autre approche consiste à essayer des suppléments qui aident à stimuler naturellement la production de collagène par le corps – les principaux nutriments pour cela sont la vitamine C, la biotine, l’acide hyaluronique et la silice. Ou vous pouvez simplement boire du bouillon d’os biologique. C’est le choix le mieux toléré et éprouvé.

Déc 8
Improviser une cuisine
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 12 8th, 2021| icon3Commentaires fermés sur Improviser une cuisine

La modernisation a apporté de nombreux avantages pour rendre la vie des personnes plus confortable et plus facile. L’abordabilité et la disponibilité sont l’un des principaux facteurs permettant d’obtenir un avantage quelconque de la technologie.

Le mode de vie des habitants des pays développés et des pays pauvres et en développement est totalement opposé. Les progrès technologiques qu’ils ont réalisés avec le temps sont extrêmement louables. De l’utilisation d’équipements simples comme le gaz et les fourneaux à l’utilisation de machines lourdes dans le domaine de l’agriculture ne sont pas les mêmes dans ces deux mondes. L’utilisation de cuisinières à gaz et de fours à gaz est indispensable dans tous les ménages des pays développés, mais ce n’est pas le cas pour les personnes vivant dans les pays en développement.

Certes, les personnes qui en ont les moyens dans les communautés urbaines des pays en développement ont les mêmes installations que celles des pays développés, mais des millions de personnes n’ont toujours pas la possibilité d’utiliser des matériaux aussi luxueux.

Les poêles et les fours sont les éléments les plus importants nécessaires à la cuisson des aliments. Dans la plupart des régions isolées, les cuisinières sont encore utilisées avec de l’argile, où le bois de chauffage est utilisé pour la cuisson des aliments, et la plupart d’entre elles n’ont même aucune idée du four. Le bois de chauffage est un matériau non renouvelable et peut causer beaucoup de tort à l’environnement et à l’homme en raison de la pollution intérieure qui libère du dioxyde de carbone.

Avec le temps, la vie de personnes vivant dans un environnement aussi difficile s’est improvisée, de nombreuses organisations étant impliquées. Même si les organisations ne peuvent pas atteindre toutes ces personnes, cours de cuisine les informations le peuvent certainement. Practical Answers fait partie des sites qui réduisent la pauvreté en fournissant des connaissances et des informations techniques. Les informations fournies sur ce site ont aidé de nombreuses personnes dans le monde entier. Principalement dans des pays en développement comme le Pakistan, le Népal, le Sri Lanka, le Soudan, l’Afrique de l’Est, l’Inde et d’autres pays, ils ont fait une différence majeure dans la vie des gens grâce à leur connaissance de l’utilisation de foyers améliorés. Les fourneaux utilisés fonctionnent principalement à l’énergie hydraulique et au biogaz, ce qui minimise les émissions de fumée.

Ce site contient de nombreuses idées sur l’utilisation de foyers améliorés et improvisés. Des manuels complets sont également donnés pour la construction de tels réchauds, ce qui peut facilement être réalisé en utilisant les ressources disponibles localement.

Savoir, c’est pouvoir et partager et éduquer les gens est l’une des meilleures choses à faire pour réduire la pauvreté. L’utilisation de ces fours et poêles improvisés aidera non seulement les personnes à mener une vie saine, mais permettra également de rendre l’environnement sans fumée. Les informations peuvent facilement être partagées et mises à la disposition du plus grand nombre de personnes possible. Depuis, ils sont disponibles dans différentes langues, ainsi que l’audio et les vidéos, ce qui facilite grandement le processus d’éducation. On n’a pas besoin de beaucoup pour faire la différence. Même un simple effort peut être d’une si grande aide pour les gens. Partagez vos connaissances et vos idées sur ce que vous savez sur ce sujet pour améliorer la vie des personnes en difficulté.

Les méthodes et les techniques utilisées peuvent être facilement suivies par les gens et le processus de construction est également facile. Alors, faites une différence pour améliorer la vie des pauvres vivant dans des régions éloignées en partageant des informations et des connaissances avec les gens.

Déc 2
Alimentation: un boost de collagène
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 12 2nd, 2021| icon3Commentaires fermés sur Alimentation: un boost de collagène

Le collagène est la protéine la plus abondante dans notre corps. En fait, il représente un tiers des protéines totales de notre corps et 70 pour cent des protéines de notre peau. Il fournit la structure du tissu conjonctif et se trouve dans nos os, tendons, ligaments, intestins, cheveux et ongles. Il existe de nombreux types de collagène, mais 90 pour cent du collagène dans le corps sont des types 1, 2 et 3.

Le collagène est fabriqué à partir des protéines que nous mangeons. Les protéines aident à reconstruire les tissus articulaires endommagés et à produire du cartilage sain, qui est un autre type de collagène. Mais tandis que notre corps fabrique du collagène, cette production diminue avec l’âge. Des facteurs environnementaux tels que la pollution et des facteurs liés au mode de vie tels qu’une mauvaise alimentation peuvent également diminuer la production de collagène.

Nos ancêtres utilisaient une alimentation animale entière, qui fournissait naturellement une quantité abondante de collagène. Les bouillons d’os, bonnes sources de collagène, sont des aliments de base dans les régimes alimentaires traditionnels de la plupart des cultures. Cette protéine a également fait son entrée dans les régimes alimentaires précoces par le biais de jarrets, cous, pieds, queues de bœuf et côtes cuits lentement, ainsi que dans les soupes et les ragoûts de poisson entier. Peu de gens préparent et mangent ces aliments aujourd’hui, donc pratiquement aucun d’entre nous ne consomme beaucoup de collagène dans son alimentation. Et ce n’est pas bon, car cette protéine multitâche remplit de nombreuses fonctions clés dans le corps.

Rôles et avantages du collagène
Le collagène est essentiel pour une peau lisse et saine, et les recherches suggèrent que la supplémentation pourrait contrecarrer certains signes du vieillissement. Une étude en double aveugle contrôlée par placebo a révélé que les suppléments de collagène utilisés quotidiennement chez les femmes âgées de 35 à 55 ans pendant huit semaines amélioraient considérablement l’élasticité de la peau. Dans une autre étude en double aveugle, les femmes qui prenaient quotidiennement un supplément de collagène ont connu une réduction de 20 % de la profondeur des rides autour de leurs yeux après huit semaines.

Certaines personnes rapportent d’autres avantages de la supplémentation en collagène, tels que des cheveux et des ongles plus sains, une meilleure cicatrisation des plaies, une diminution de la cellulite et un rétablissement encore plus rapide après une blessure. Mark Sisson, Paléo Un expert en alimentation du blog Mark’s Daily Apple, a écrit que lorsqu’il a subi une blessure au tendon d’Achille, il a connu une guérison spectaculaire après avoir commencé à se supplémenter en collagène.

De nombreuses personnes signalent également que leurs articulations deviennent moins douloureuses et raides lorsqu’elles prennent des suppléments de collagène. Des études ont montré qu’un supplément de collagène améliore certaines mesures de la douleur et de la fonction chez les personnes souffrant d’arthrose ou d’autres affections arthritiques.

Le collagène pourrait également aider à la récupération musculaire après l’exercice. Une étude du Département de nutrition et de nutrition sportive pour l’athlétisme de la Penn State University a révélé que lorsque les étudiants-athlètes étaient supplémentés en collagène pendant 24 semaines, la majorité présentait une amélioration significative du confort articulaire, ainsi qu’une diminution des facteurs ayant un impact négatif sur performance athlétique.

Façons d’obtenir plus de collagène
Vous pouvez obtenir du collagène à partir d’aliments tels que la gélatine utilisée dans les recettes (oui, cela inclut Jell-O), mais la source de nourriture la plus connue est l’os bouillon (parfois appelé bouillon), longtemps vénéré comme aliment de guérison. Le bouillon d’os est facilement digestible et peut aider à renforcer le système immunitaire et à réduire l’inflammation et les symptômes pendant la maladie.

Le bouillon d’os riche en nutriments peut également aider à la récupération musculaire après un exercice intense ou une blessure. Kobe Bryant et d’autres joueurs de basket-ball des L.A. Lakers attribuent au bouillon d’os le mérite de les avoir aidés à se remettre de leurs blessures et à prolonger leur carrière.

Vous pouvez préparer votre propre bouillon d’os dans une mijoteuse, ou si vous manquez de temps, achetez simplement un bouillon d’os de haute qualité à base d’os de poulet biologiques ou d’os de bœuf nourris à l’herbe au pâturage, cours de cuisine comme Bonafide Provisions Restorative Bone Bouillon.

Un moyen pratique d’obtenir un regain de collagène rapide est de manger une barre alimentaire à faible teneur en sucre qui contient du collagène. La barre de noix de coco et de noix de cajou de Primal Kitchen avec du collagène nourri à l’herbe et la barre de protéines de collagène sablé à la vanille à l’épreuve des balles sont deux exemples savoureux.

Suppléments
Il existe de nombreux types et formes de collagène suppléments disponibles. Considérez une poudre de collagène, qui est probablement la plus facile à utiliser. Et recherchez le collagène hydrolysé, également appelé hydrolysat de collagène ou peptides de collagène. Sous cette forme, la protéine a été décomposée en peptides plus petits, plus faciles à digérer et plus absorbables.

Recherchez également une marque sans OGM ; exempt d’allergènes, de charges, de liants et d’édulcorants courants ; et dérivé de sources animales durables. Vital Proteins, par exemple, fabrique des peptides de collagène provenant de peaux de bovins nourris à l’herbe et élevés au pâturage du Brésil, et le collagène marin provient de vivaneau rouge capturé dans la nature et sans OGM.

La poudre de collagène hydrolysée est relativement insipide et inodore, et se mélange rapidement et facilement dans les boissons froides et chaudes simplement en remuant. Vous pouvez l’ajouter à de l’eau, du lait d’amande ou de coco; boissons chaudes; et des soupes et des ragoûts. La façon la plus populaire de le consommer est simplement de le mélanger dans une tasse de café ou de thé quotidienne.

Une mise en garde importante : avant de commencer à prendre des suppléments, soyez Sachez que si de nombreuses personnes ressentent des avantages et n’ont aucun effet secondaire à prendre du collagène hydrolysé, certaines personnes ont signalé avoir développé des symptômes inconfortables tels que ballonnements, constipation et maux de tête. On ne sait pas exactement pourquoi cela se produit. Certains ont constaté qu’ils ne souffrent pas des mêmes effets secondaires lorsqu’ils passent à une forme ou à une marque différente. Si vous ressentez des symptômes, ce peut être une bonne idée de commencer avec de très petites quantités et d’augmenter lentement jusqu’à la dose quotidienne recommandée, ou d’arrêter complètement de la prendre.

Une autre approche consiste à essayer des suppléments qui aident à stimuler naturellement la production de collagène par le corps – les principaux nutriments pour cela sont la vitamine C, la biotine, l’acide hyaluronique et la silice. Ou vous pouvez simplement boire du bouillon d’os biologique. C’est le choix le mieux toléré et éprouvé.

Nov 17
En cuisine: mince pie
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 11 17th, 2021| icon3Commentaires fermés sur En cuisine: mince pie

Mince pie. « Je suis resté assez longtemps au lit, puis je me suis levé, laissant ma femme désireuse de dormir, ayant veillé jusqu’à quatre heures ce matin pour voir sa femme de chambre préparer des mince pies…. » Samuel Pepys a ainsi décrit son jour de Noël en 1666, alors que les mince pies étaient déjà établies depuis longtemps comme une friandise traditionnelle de Noël. Les origines de ce riche dessert remontent au Moyen Âge, et bien qu’Oliver Cromwell ait promulgué une loi interdisant la viande dans les mince pies à Noël (il associait les fêtes de fin d’année au paganisme et à la gloutonnerie), cette loi n’a heureusement pas survécu à la fin de la guerre civile anglaise. Les tartes commerciales produites en usine, dont la croûte ressemble à du carton mouillé et dont la garniture aux fruits est sucrée et détrempée, ont donné une mauvaise réputation à cette tarte. À son apogée, la mince pie est riche en joyaux moelleux et savoureux de fruits secs tels que les raisins de Corinthe, les raisins secs, les figues, les écorces d’agrumes confites et les croquants de noix ou d’amandes, enrichis de brandy, de rhum, de whisky, de sherry ou d’une combinaison capiteuse de plusieurs alcools. Doucement sucrée avec de la mélasse et du sucre brun et parfumée avec de la cannelle, des clous de girofle, de la noix de muscade et du piment de la Jamaïque, cette friandise sombre et brillante a un goût mystique et historique. Au XVIe siècle, la garniture comprenait en effet de la viande cuite – généralement du bœuf et du suif, parfois du mouton, du poulet ou de la langue – ainsi que des fruits secs, des épices et des alcools qui étaient mis à mûrir des mois avant la période de Noël. La croûte la plus authentique est faite avec de la farine, du saindoux et de l’eau chaude, offrant ainsi une feuille neutre pour la riche garniture, bien que les goûts d’aujourd’hui tendent à privilégier une pâte plus légère, cours de patisserie enfant Valence plus feuilletée et plus beurrée.

Nov 8
Nutrition: les limites du sucre
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 11 8th, 2021| icon3Commentaires fermés sur Nutrition: les limites du sucre

Une tempête de feu a récemment éclaté à propos d’un article paru dans les Annals of Internal Medicine qui a révélé que les conseils officiels limitant le sucre dans les régimes étaient basés sur des preuves de qualité «faible» ou «très faible». Parce qu’un groupe de l’industrie alimentaire avait financé l’étude, un grand nombre de critiques ont accusé les auteurs de déformer la science pour saper les directives nutritionnelles et faire en sorte que le sucre semble moins nocif qu’il ne l’est en réalité. Un éminent professeur de nutrition a qualifié l’article de « honteux ». « C’était vraiment une tentative de saper le processus scientifique », a déclaré un autre.

Perdue dans ce torrent de critiques se trouvait toute discussion significative sur la science elle-même. Quelle que soit sa source de financement, le document avait-il raison de dire qu’il n’y a pas suffisamment de preuves pour recommander de limiter le sucre ? Et les directives officielles ont-elles même de l’importance, puisque nous savons à peu près que le sucre est mauvais pour nous ?

L’article des Annales a examiné une douzaine de directives sur le sucre adoptées par les gouvernements du monde entier depuis 2002, y compris les directives diététiques pour les Américains, qui l’année dernière a recommandé de limiter la consommation de sucre à 10 pour cent des calories. On pourrait supposer que de tels conseils sont basés sur un vaste corpus de recherches rigoureuses. Mais l’étude des Annals, qui comprenait tous les articles répertoriés dans les bibliographies des différentes directives elles-mêmes, a affirmé que les revues à ce jour avaient surestimé les preuves.

Dans la revue la plus rigoureuse sur le sucre et le poids, par exemple, seuls cinq essais d’une durée de six mois ou plus ont pu être trouvés, sur un total de seulement 1 245 personnes. Selon les auteurs des Annales, cette revue a décrit les données comme plus cohérentes qu’elles ne l’étaient en réalité et n’a pas pris en compte de manière adéquate les preuves indiquant que les études dans lesquelles le sucre s’est avéré n’avoir aucun effet néfaste pourraient avoir été supprimées de la publication.

De plus, des données moins rigoureuses provenant d’études d’observation ont été largement jugées « incohérentes ». Parfois, le sucre était associé à des problèmes de santé – prise de poids, diabète de type 2 et carie dentaire – mais parfois non.

« Dans l’ensemble, je dirais les lignes directrices ne sont pas dignes de confiance », m’a dit Bradley Johnston, auteur principal de l’étude et professeur adjoint d’épidémiologie clinique et de biostatistique à l’Université McMasters.

La découverte de l’étude devrait surprendre quiconque évite le sucre depuis des années déjà. Le sucre est une puissante source de glucose qui, avec le temps, semble faire des ravages sur le métabolisme et ouvrir la voie à l’obésité et au diabète. Un grand nombre de preuves issues d’essais ont montré que lorsque la consommation de glucides est réduite, ces maladies commencent à s’inverser. De plus, compte tenu de tous les titres récents sur les effets néfastes du sucre, du film de Katie Couric Fed Up au passage des taxes sur les sodas dans plusieurs villes, on pourrait être pardonné de supposer que les preuves condamnant le sucre doivent être un fait conclu.

Pourtant, cuisine les auteurs des Annales disaient que ce n’était pas le cas. La réaction au document des experts en nutrition et des groupes de défense a été rapide, les critiques se concentrant sur le talon d’Achille du document : il avait été payé par l’Institut international des sciences de la vie, qui reçoit 60% de son financement de 400 membres de l’industrie, dont certains, comme Coca-Cola, PepsiCo et Mars, qui ont tout à gagner d’une étude remettant en question les plafonds du sucre.

« Il s’agit d’un exemple classique de recherche financée par l’industrie visant un objectif et un seul objectif : jeter le doute sur la science établissant un lien entre les régimes riches en sucres et une mauvaise santé », a déclaré Marion Nestlé, éminent professeur de nutrition à l’Université de New York. Radio publique nationale. Dean Schillinger, chef de la division de médecine interne générale du San Francisco General Hospital, a déclaré au New York Times : « Ils détournent le processus scientifique de manière fallacieuse pour semer le doute et mettre en danger la santé publique. »

Schillinger, avec sa collègue Cristin Kearns, a également écrit un éditorial dans Annals, qui a comparé les auteurs de la revue du sucre à des laquais embauchés par l’industrie du tabac pour être des « marchands du doute » sur les risques pour la santé de fumeur.

La manipulation de la science par l’industrie est évidemment une préoccupation constante et sérieuse. C’est en partie pourquoi la rédactrice en chef des Annales, Christine Laine, a invité cet éditorial. «Je voulais montrer les deux côtés du problème», m’a-t-elle dit, bien qu’elle ait déclaré qu’elle considérait l’éditorial comme inhabituellement « strident et hostile » pour une revue universitaire. En effet, Schillinger et Kearns militent tous deux à temps partiel contre le sucre ; ils écrivent des articles et effectuent d’autres travaux pour Sugar Science, un groupe consacré à l’éducation du public sur les dangers du sucre pour la santé. « Cela m’a montré que les conflits d’intérêts ne sont pas seulement financiers mais aussi intellectuels », a déclaré Laine, qui a ajouté des informations sur les affiliations des auteurs à Sugar Science à l’éditorial après qu’un lecteur les ait portés à son attention, dit-elle.

Ironiquement, saper un article scientifique en se concentrant sur sa source de financement a principalement été utilisé dans le passé pour abattre les sceptiques du sucre. Par exemple, lorsque le professeur de nutrition britannique John Yudkin a suggéré le sucre comme coupable alimentaire au début des années 1970, le chercheur de l’Université du Minnesota Ancel Keys, un défenseur clé de l’hypothèse concurrente, selon laquelle les graisses alimentaires étaient responsables de problèmes de santé chroniques, a accusé Yudkin d’avoir fait de la « propagande », liée à des « bailleurs de fonds commerciaux [qui] ne sont pas découragés par les faits.

Maintenant que la plus haute autorité nationale en matière de nutrition, les US Dietary Guidelines, a supprimé les plafonds sur les matières grasses totales et a commencé à condamner le sucre à la place, le débat public se concentre également de plus en plus sur l’industrie sucrière, à tel point que d’autres acteurs de l’industrie s’échappent. examen minutieux. On doit se demander, par exemple, pourquoi il n’y a pas eu d’indignation similaire contre un autre article récent, dans The BMJ, avec des conclusions favorables pour les huiles végétales, dont près de la moitié des auteurs étaient de véritables employés du géant fabricant d’huiles végétales Unilever. Ce serait comme si les travailleurs de Mars, Inc. publiaient une étude sur les bienfaits du sucre pour la santé. Pourtant, ce conflit d’intérêts considérable a largement passer devant les nombreux journalistes qui couvrent l’histoire.

Pour être clair, le financement de l’industrie peut absolument dissuader la bonne science; la promotion du tabac en sera toujours la quintessence. Mais l’influence du financement n’est pas invariable : alors qu’une méta-analyse a révélé que les sources de financement influencent les conclusions des articles sur la nutrition, une autre, par un critique féroce du financement de l’industrie, paradoxalement, ne l’a pas fait. Une bonne dose de scepticisme quant au financement de toutes les sources, y compris les gouvernements et autres institutions, qui peuvent avoir leurs propres hypothèses préférées, est justifiée, tant qu’elle n’écarte pas la science ou ne met pas fin à un débat légitime.

Schillinger et Kearns ont eu raison d’émettre des doutes. Les défenseurs du sucre ont, depuis le début du 20e siècle, travaillé avec diligence pour promouvoir leur produit, de sorte que le président Franklin Roosevelt, au milieu des années 1930, a déclaré que le lobby du sucre était « le groupe de pression le plus puissant qui soit descendu sur la capitale nationale » de son vivant. L’étendue de la manipulation de l’industrie, par le biais de campagnes publicitaires et d’efforts pour déformer la science, est décrite par le journaliste Gary Taubes dans son nouveau livre, The Case Against Sugar.

Pourtant, Taubes pense que toute industrie disposant d’un budget de relations publiques a tenté à peu près la même chose. Et il est franc sur le manque de preuves rigoureuses contre le sucre, déclarant dans l’introduction de son livre: «Je vais concéder à l’avance un point clé que ceux qui défendent le rôle du sucre dans notre alimentation feront invariablement. … [I] il ne peut pas être établi définitivement, avec la science actuelle, que le sucre est uniquement nocif.

Des essais cliniques sur le sucre sont possibles ; c’est juste que très peu ont été faits. De nouvelles preuves suggèrent que l’industrie sucrière a peut-être étouffé ces enquêtes, mais Taubes pense que davantage de preuves soutiennent l’explication selon laquelle, pendant des décennies, un monolithe de scientifiques en nutrition s’est véritablement préoccupé de manière obsessionnelle des graisses et du cholestérol, ce qui a simplement effacé tout le reste. Les Les National Institutes of Health (NIH) ont dépensé des milliards de dollars dans des essais cliniques à grande échelle, essayant tous d’attribuer les maladies chroniques aux graisses alimentaires et au cholestérol. En fait, le sucre était tellement insoupçonné pendant tant d’années que les principales études d’observation financées par le NIH n’ont même pas pris la peine de le mesurer.

Bien que les preuves à ce jour ne montrent aucun avantage du sucre et un signal clair de préjudice, il n’y a pas eu assez de temps pour financer et mener des essais définitifs. Pendant ce temps, les gouvernements sentent naturellement qu’ils ne peuvent pas attendre. Face à la panique face à la montée continue et incessante des taux d’obésité et de diabète sans solution en vue, ils sont allés de l’avant et ont adopté des directives en matière de sucre fixées à des seuils exacts, de 10 % ou 5 % des calories. Ce conseil est manifestement bien intentionné. Pourtant, si, comme le conclut l’article des Annales, les experts contournent les normes scientifiques en adoptant des directives basées sur des preuves faibles, l’ensemble du processus d’élaboration des directives est effectivement édulcoré. Et le besoin de conseils fiables n’est pas question abstraite; en effet, tout, de notre tour de taille à la possibilité de manger des œufs au petit-déjeuner, en dépend.

Comme les Américains le savent bien, il y a eu de nombreux revirements dans nos directives ces dernières années – sur le cholestérol alimentaire, sur les matières grasses totales, sur l’opportunité de prendre un petit-déjeuner pour maintenir un poids santé. Il s’agissait toutes de directives officielles basées sur des preuves faibles qui, lorsqu’elles ont été testées dans des essais cliniques, se sont avérées injustifiées. Il s’est avéré que les gens évitaient généralement les jaunes d’œufs, le homard et la graisse, en vain, et que sauter complètement le petit-déjeuner pourrait en fait être la meilleure option pour perdre du poids.

Les cas de volte-face sur les conseils nutritionnels non seulement érodent la confiance du public, mais font penser aux gens que la science fondamentale elle-même est imparfaite, ce qui, pour la plupart, n’est pas. Au lieu de cela, le problème central a été que les experts et les décideurs politiques ont porté un jugement avant que cette bonne science ne soit faite. Et une fois qu’un jugement est codifié en tant que politique, il est difficile de l’abroger. Ce fut le cas, par exemple, avec le régime pauvre en graisses, qui, bien qu’adopté comme ligne directrice aux États-Unis en 1980, n’a pas été réellement étudié dans les essais pendant plus d’une décennie. Ce genre d’erreur, au pire, est potentiellement mortelle : en effet, le conseil faible en gras, en déplaçant la consommation vers les glucides tels que les céréales et le sucre, est désormais considéré comme une cause probable des épidémies d’obésité et de diabète.

Oct 21
Sur les traces de la cuisine dans les Addirondacks
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 10 21st, 2021| icon3Commentaires fermés sur Sur les traces de la cuisine dans les Addirondacks

LA MAJORITÉ des millions de visiteurs annuels du comté d’Essex se concentrent autour de Lake Placid et des High Peaks. En 2016, Jay White, vice-président de Cornell Cooperative Extension of Essex County, a eu une idée pour aider à répartir la richesse touristique autour d’eux : un sentier culinaire modelé sur le Circuit du Paysan du Québec.

Cette route du nord de la frontière met en valeur les fermes, cidreries, restaurants et autres entreprises offrant des aliments régionaux traditionnels dans la campagne au-delà de Montréal. M. White a pensé que la scène alimentaire locale en plein essor de la vallée de Champlain serait l’occasion idéale d’attirer l’attention sur la moitié orientale du comté, qui est négligée.

Il a participé aux récents efforts visant à désigner le sentier viticole de la côte des Adirondacks, au nord de la ligne bleue, le long du lac Champlain, mais ce qu’il a imaginé ici engloberait à la fois la nourriture et la boisson, contribuant ainsi à stimuler l’économie croissante de l’agritourisme.

L’idée a été accueillie avec enthousiasme par les organisations de tourisme, atelier de cuisine de développement économique et d’agriculture de la région. L’intérêt grandissant, le concept s’est étendu aux communautés des comtés de Clinton et de Franklin. Finalement, six sentiers de cuisine ont été proposés au département de l’agriculture et des marchés de New York, qui a rendu les désignations officielles en octobre 2018. Quatre de ces sentiers se trouvent entièrement ou partiellement dans le parc des Adirondacks, tandis que les deux autres, appelés North Country Cuisine Trail et Adirondack Coast Cuisine Trail, se trouvent plus au nord.

Champlain Valley Cuisine Trail
La piste la plus au sud commence au America’s Fort Cafe à Fort Ticonderoga, que M. White cite comme « un excellent exemple de la manière dont la cuisine rassemble la culture et l’histoire de la région ». Le café utilise des ingrédients cultivés sur place dans le King’s Garden, et le fort propose des programmes sur les habitudes alimentaires historiques.

Parmi les autres arrêts, citons War Canoe Spirits, une nouvelle distillerie installée dans un ancien Agway de Crown Point ; Gunnison Orchard, également à Crown Point ; Ledge Hill Brewery, à Westport ; et plusieurs fermes.

Sentier gastronomique de la vallée du Boquet
Partant de Westport, à la ferme DaCy Meadow, cet itinéraire passe par des fermes, des restaurants et des cafés à Essex, Wadhams et Elizabethtown avant de se terminer à Keeseville, à la ferme Mace Chasm, à la North Country Creamery et à la brasserie Ausable.

Circuit de la cuisine des lacs de l’Adirondack
Le circuit du comté de Franklin met en vedette des brasseries artisanales, des restaurants de type « farm-to-table », des magasins de produits diététiques et des fermes. On y trouve de nouvelles entreprises, comme le Campfire Adirondack Bar + Grill de l’hôtel Saranac récemment rénové et le Health Hub de Tupper Lake, ainsi que des destinations classiques comme Donnelly’s Ice Cream, à Saranac Lake, Tucker Farms, à Gabriels, et Hohmeyer’s Lake Clear Lodge.

Circuit de la cuisine de l’Ausable Valley
Le dernier circuit comprend des brasseries, des magasins de produits diététiques et d’aliments spécialisés, des restaurants et des fermes à Saranac Lake, Lake Placid, Wilmington, Keene, Upper Jay et au-delà.

La ferme Asgaard, l’ancienne propriété de l’artiste Rockwell Kent à Au Sable Forks, est un autre excellent exemple de ce que Mme White considère comme la mission de la route des cuisines. Aujourd’hui une ferme d’élevage et une chèvrerie gérée par David Brunner et Rhonda Butler, elle tisse les fils de l’art, de l’agriculture et de l’histoire avec de savoureux produits locaux. Pour Mme White, « il s’agit de raconter ce qui nous rend uniques ».

Oct 20
Tortilla de poivrons, pommes de terre et fromage de chèvre
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 10 20th, 2021| icon3Commentaires fermés sur Tortilla de poivrons, pommes de terre et fromage de chèvre

Ingrédients
2 poivrons rouges
1 poivron jaune et 1 poivron orange
5 cuillères à soupe d’huile d’olive extra vierge
400 g de pommes de terre King Edward, épluchées et coupées en tranches de 5 mm d’épaisseur
200ml de crème fraîche
8 œufs
2 cuillères à soupe de persil plat haché
½tsp de flocons de piment séché
100g de fromage de chèvre à pâte molle, coupé en morceaux

Méthode
Recouvrez une plaque de cuisson de papier aluminium. Préchauffez le gril à haute température. Mettez les poivrons sur la feuille et placez-les à environ 15 cm sous le gril. Griller pendant environ 12 minutes, en les retournant de temps en temps, jusqu’à ce qu’ils soient cloqués et noircis. Retirez-les et couvrez-les d’une feuille d’aluminium. Laissez-les suer pendant 10 minutes. Pelez et retirez le pédoncule et les graines, en prenant soin de ne pas briser la chair. Couper en lamelles.

Faites chauffer suffisamment d’huile pour couvrir le fond d’une poêle de 21,5 cm allant au four et faites frire les pommes de terre par lots, en les retournant fréquemment, jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Versez-les dans une passoire et incorporez les poivrons. Mettez la crème fraîche dans un bol et incorporez les œufs, un par un, puis le persil, les flocons de piment, atelier de cuisine le sel de mer et le poivre noir fraîchement moulu. Ajoutez les pommes de terre et les poivrons et mélangez bien.

Préchauffez le four à 230°C/455°F/Gas 8. Nettoyez la poêle, placez-la sur un feu moyen-doux et ajoutez le reste de l’huile. Ajoutez le mélange de tortillas et faites-le cuire jusqu’à ce qu’il bouillonne sur les bords. Mettez au four pendant 5 minutes, puis parsemez le dessus de fromage de chèvre. Remettre au four pendant 3 minutes, ou jusqu’à ce que les tortillas soient fermes, gonflées et dorées.

Oct 6
Qu’est-ce que le régime keto
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 10 6th, 2021| icon3Commentaires fermés sur Qu’est-ce que le régime keto

Manger est un plaisir et peut être un trouble. Ce qui est particulièrement vrai si vous grossissez ou si vous développez des problèmes de santé. Viennent ensuite les régimes alimentaires. De plus, ils fonctionnent rarement. Nous examinons donc ici le plan de régime Keto, qui fonctionne manifestement bien. Mais est-ce possible ? Les régimes cétogènes ne sont pas nouveaux et sont utilisés depuis plusieurs années pour la gestion de l’épilepsie chez les enfants qui ne réagissent pas au traitement médicamenteux. Cependant, ils ont récemment produit une résurgence et sont donc promus pour tout, de la perte de poids à l’inversion du diabète et à l’arrêt de la maladie d’Alzheimer. Mais le céto est-il vraiment la solution pour gérer vos problèmes de diabète et votre poids ? Parlons-en. Un programme de perte de poids cétogène (céto) est un régime alimentaire très pauvre en glucides (environ 20 à 50 g par jour) et riche en graisse corporelle, avec un apport adéquat (mais pas élevé) de protéines. La faible teneur en glucides du régime alimentaire indique que le corps n’a pas beaucoup de sucre dans le sang à utiliser comme énergie, il utilise donc plutôt la graisse corporelle comme principale source d’énergie. La dégradation de la graisse corporelle du foie, un processus appelé cétose, entraîne la création de cétones, un type d’acide. Les cétones sont envoyées dans votre circulation sanguine où, tant que vous avez suffisamment d’insuline, elles peuvent être utilisées comme carburant par les muscles ainsi que d’autres tissus. Réduire les glucides à 20-50g par jour signifie se débarrasser des glucides transformés et des sucres supplémentaires, ce dont tout le monde peut bénéficier. Plusieurs recherches indiquent une perte de poids significative, des améliorations de la glycémie et des niveaux d’insuline, des économies dans l’utilisation de médicaments contre le diabète, une réduction des triglycérides (graisse corporelle dans le sang) et une augmentation des «bons» taux de cholestérol HDL après un régime céto. Il existe également des preuves que la production de cétones réduit l’appétit, ce qui peut aider à la perte de poids. Bien qu’un régime céto puisse sembler être la solution parfaite pour gérer les problèmes de diabète (les glucides coupés ainsi que vos BGL seront plus faibles), ce n’est malheureusement pas trop facile. En fait, la recherche indique que bien que les régimes pauvres en glucides et riches en graisses corporelles entraînent une diminution de la glycémie et des niveaux d’insuline à court terme, ils pourraient vraiment aggraver le niveau de résistance à l’insuline dans le sang et le seuil de glycémie chez certaines personnes. Cela est vraiment plus susceptible de se produire si vous suivez le régime sans perdre de poids. Tout régime qui réduit votre consommation de kilojoules vous aidera à perdre du poids. De même que tout régime alimentaire qui vous aide à perdre du poids est très susceptible de réduire les BGL, en aidant votre insuline sanguine à mieux fonctionner. Les régimes Keto ne font pas exception et plusieurs recherches l’indiquent. Mais ce que les partisans du régime céto ne font pas remarquer, c’est le fait que d’autres régimes, qui peuvent être plus simples à suivre à long terme, comme un régime de conception méditerranéenne, ont démontré des avantages comparables. En fait, des recherches sur l’alimentation gérée, où ils ont peut-être maintenu l’apport en kilojoules des deux régimes alimentaires, n’ont découvert aucune perte de graisse plus importante dans un régime céto par rapport à un régime alimentaire riche en glucides et faible en gras. Et des tests contrôlés randomisés d’un régime végétarien à faible teneur en graisse corporelle ont démontré des améliorations comparables des BGL et des réductions de l’utilisation des médicaments, avec une graisse corporelle beaucoup plus faible et une consommation de glucides plus élevée. Il existe également des preuves que les régimes alimentaires riches en graisses entraînent des changements défavorables dans les bactéries intestinales, ce qui pourrait avoir des effets négatifs sur notre santé globale. Et des chercheurs australiens ont découvert qu’un régime à faible teneur en glucides peut avoir un impact sur la croissance des enfants de type 1. Les régimes alimentaires Keto restreignent également la plupart des aliments que nous réalisons sont bons pour la santé, tels que les céréales complètes, les légumineuses, cuisine les fruits et certains légumes. La recherche a montré que manger plus de ces aliments est associé à un risque plus faible de nombreuses maladies chroniques, comme le type 2, les maladies cardiovasculaires et certains types de cancers. Les résultats à long terme après un régime céto sont inconnus, mais ce type de régime alimentaire est très différent des régimes alimentaires des communautés saines de longue date, qui adhèrent toutes à un régime alimentaire principalement à base d’herbes. On voit donc que tout n’est pas si simple. L’un des facteurs de réussite du maintien en forme serait de manger sainement. Suivez une leçon de cuisine lorsque vous le pouvez et consommez de nombreux légumes avec une alimentation bien équilibrée.

Sep 30
La restauration et la vaccination
icon1 admin | icon2 Cours de cuisine | icon4 09 30th, 2021| icon3Commentaires fermés sur La restauration et la vaccination

Mon restaurant Musi a ouvert ses portes en février. 2019 dans le coin des ménages dans le sud de Philadelphie, et a été fermé depuis mars 2020. Je n’ai pas besoin de vous dire pourquoi. Chaque fois que nous avons provisoirement rouvert nos portes, nous avons mis notre menu gastronomique en attente. J’ai converti mon café en une opération de vente à emporter axée sur un cheesesteak d’origine locale et durable, le Frizwit. C’était à l’origine un sandwich que je servais pour des rencontres éphémères de retour en 2015, et je vends maintenant le Frizwit hors de l’espace de Musi depuis un an, afin que notre salle de 30 places et mal ventilée puisse travailler sans à l’intérieur manger. Il y a peu de temps, est venu le temps de réfléchir à ce que pourrait signifier une réouverture. Philadelphie commençait à ouvrir ses portes et les clients des cafés commençaient à se sentir à l’aise avec la perception de dîner à l’intérieur et les uns avec les autres. Nous avons décidé de diversifier quelques dizaines de visiteurs chez Musi-amis et famille, On Mange invités secrètement-pour voir à quoi ressemblerait un service gastronomique en ces temps nouveaux. J’aurais personnellement besoin d’une preuve de vaccination pour m’asseoir à l’intérieur. Encore une fois, amis et famille, démasqués, accompagnés d’un petit coin repas. Personne ne devait être là, et personne ne pouvait manger cette nuit-là pour survivre en calories. Ceux-ci venaient pour une saveur des occasions vieillies, pour profiter des plats qui calaient Musi dans leur cœur et leur esprit comme des nœuds papillon en soie au chili, un tartare de cœur de bœuf, des champignons décorés de chips de riz aux céréales et du malabi parfumé à la cardamome. La rumeur s’est répandue que j’avais besoin de preuves de vaccination, une décision que j’ai prise autour des talons hauts d’Estela de New York, déclarant que ce serait leur politique pour l’avenir. J’ai été accueilli avec une assistance frustrante. Les visiteurs précédents et les fervents passionnés de ma cuisine ont tendu la main publiquement et secrètement, agitant pratiquement leurs cartes de crédit de vaccination pour me demander une chaise. Bien sûr, il y avait les trolls et les robots assoiffés de liberté qui utilisaient le terme « isolement médical ». Mais sur les cinq sons qui me criaient cela, un seul était un vrai individu, un camarade de classe de lycée qui était devenu un compagnon de cheesesteak. Nous nous sommes reconnectés plus que Facebook alors qu’il nous a demandé de choisir mon cerveau sur les rouleaux d’œufs au cheesesteak, un menu spécial sur lequel il se concentrait. Je n’avais jamais eu besoin d’aller dans sa boutique, et il n’était jamais allé à Musi. Il a indiqué un excellent désir de vraiment réussir, mais n’a jamais été en mesure de le faire en raison des exigences de la relation, de la paternité et de la propriété d’une petite entreprise. Nous avons parlé d’artisanat et de sourcing, bien qu’à partir de méthodes très différentes. Ma perception de la cuisson d’éraflures provient d’une recherche irréprochable de matières non cuites non industrielles. Ses composants ont été dégelés dans la mesure du possible. Nous essayions chacun de payer nos loyers, nos soins de santé, les salaires de nos travailleurs et espérons éviter de gaspiller de l’argent pour des vacances ou une catastrophe sanitaire. Il y avait clairement un clivage philosophique, mais nous sommes tous les deux citoyens américains. Compte tenu de nos différentes réflexions sur l’approvisionnement, cela a été aussi peu choquant que ses opinions sur la vaccination, le masquage, quel emballage ait été à l’opposé du mien. Je pourrais glaner sa politique nationale à partir de ses articles sur Facebook ou Twitter. Ce qui était choquant, c’est la façon dont il s’est découvert partout sur mon mur, évaluant le fait de masquer les enfants pour les museler et suggérant que mon plan de vaccination était la première étape de deux pour rassembler sa famille dans un wagon à bestiaux de l’Est. C’est irresponsable. Mais ce qui est logique, ce sont ses préoccupations, celles qui l’obligent à se débrouiller pour eux-mêmes, les membres de sa famille et sa compagnie dans un environnement d’individualisme généralisé. Nous avons exactement les mêmes préoccupations. Une fois de plus, nos approches ont divergé.

« Previous Entries Next Entries »