L’usage de colorants illégaux dans l’alimentation

L’utilisation de colorants illégaux dans les denrées alimentaires persiste malgré le danger qu’ils représentent pour la santé, motivée par leur coût moins élevé. Kendall Baker, responsable scientifique de la société Food Forensics, spécialisée dans les tests alimentaires, y regarde de près.

Les colorants synthétiques sont principalement utilisés industriellement dans les cires, les cirages pour chaussures et sols, les plastiques, les huiles et les textiles, et ne font pas partie des colorants autorisés dans les aliments par le règlement sur les colorants alimentaires de 1995 et ses modifications ultérieures. Par conséquent, les couleurs qui ne figurent pas dans le règlement sont illégales pour une utilisation dans les aliments.

Les coûts de production associés aux colorants synthétiques sont beaucoup plus faibles que ceux de la plupart des colorants naturels, et ils sont également plus stables et persistants.

Colorants Soudan

Les colorants Soudan font l’objet d’une préoccupation particulière en matière de sécurité alimentaire depuis le premier rapport très médiatisé de Sudan one détecté par un laboratoire français dans des produits à base de piment en 2003.

Dans les années qui ont suivi, on a découvert que l’adultération par le colorant Sudan one avait une grande portée et a conduit à de nombreux rappels de produits. Il convient de mentionner le rappel de 2005 au Royaume-Uni, au cours duquel plus de 400 produits alimentaires contenant de la sauce Worcestershire ont été rappelés parce que la sauce elle-même contenait de la poudre de piment contaminée.

Les colorants Soudan font partie d’une famille de colorants synthétiques largement connus sous le nom de colorants azoïques, associés à des teintes rouges et orange vives. Ils sont généralement appliqués avantageusement aux épices pour en améliorer l’esthétique et donc l’attrait pour le consommateur. En général, on considère que plus une épice de ce type est brillante et vibrante, plus la qualité perçue est élevée.

Il n’est pas surprenant que les cibles privilégiées pour l’ajout de colorants illégaux soient les épices les plus vives telles que les poudres de piment, le paprika et les poudres de curry. Non seulement ces épices sont des articles ménagers populaires, mais elles sont aussi couramment incorporées dans les ingrédients alimentaires pour créer du goût et de la couleur. Il semblerait donc qu’il y ait beaucoup à gagner financièrement en déguisant ces épices en produits de haute qualité.

Un danger pour la santé publique

Une fois que certains colorants azoïques sont ingérés et métabolisés, ils sont soupçonnés de pouvoir provoquer des anomalies génétiques. À ce titre, ils ont été classés par le Centre international de recherche sur le cancer comme cancérigènes de catégorie 3, ce qui rend toute quantité de ces colorants non autorisés indésirable dans la chaîne alimentaire en raison de leur danger potentiel pour la santé publique. Ils sont également impliqués dans des réactions allergiques cutanées et des irritations.

Malgré leur génotoxicité, l’utilisation de colorants interdits dans les denrées alimentaires semble persister. Rien qu’en 2020, le système d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF) a recensé 13 alertes classées comme graves concernant des colorants illégaux et des couleurs non autorisées.

Le dépistage est recommandé

Depuis 2006, une limite de 500 parties par milliard est appliquée aux colorants illégaux dans les ingrédients alimentaires, y compris les épices et l’huile de palme. Toutefois, le comité permanent chargé de fixer cette limite a souligné que tout niveau de contamination devait faire l’objet d’une enquête et que des mesures devaient être prises pour réduire les niveaux autant que possible.

Le dépistage est la méthode de test la plus favorable car elle cible 21 des colorants illégaux les plus courants en un seul test, y compris les colorants Soudan et d’autres couleurs de la famille azoïque. Les tests sont rapides et sensibles, avec des résultats reçus en quelques jours seulement. Pour protéger votre entreprise de l’utilisation interdite de colorants illégaux, ou pour bénéficier d’un soutien supplémentaire, vous pouvez avoir besoin de ces tests sur les couleurs, les colorants et au-delà.

Comments are closed.