Voyage gourmand: le Bélize

Tout le monde est très détendu ici », lance notre pilote Nicholas en riant alors qu’il navigue dans un minuscule avion à hélices au-dessus des eaux turquoise de la barrière de corail de Belize. C’est facile de voir pourquoi. Nous nous dirigeons vers Punta Gorda, au-dessus d’un patchwork de plantations de bananes hérissées, de jungle dense et de canne à sucre. Le logement est clairsemé. Alors que les pneus crissent sur le tarmac brûlant de la piste, l’aéroport de Punta Gorda se dévoile, une seule cabane blanche scintillant derrière un mur de chaleur, des airs chantant avec le chant des oiseaux tropicaux et le bruissement des palmiers. En débarquant, on nous dit que nos compagnons de route comprenaient non seulement un célèbre musicien des Caraïbes (Pen Cayetano), mais aussi Dean Barrow, le Premier ministre du Belize. Comme l’a dit Nicholas, les gens sont très détendus ici.

Punta Gorda – comme son nom l’indique, est un village de pêcheurs situé sur la côte caraïbe du district de Toledo, dans le sud du Belize. Collection de bâtiments délabrés peints dans des tons pastel brillants, son centre est une place de la ville – en réalité triangulaire – qui abrite un marché vendant des aliments cultivés localement. Cette partie du Belize abrite des habitants d’un patrimoine très varié, notamment les Mayas Garifuna, Kekchi et Mopan, les Kriols, les Mennonites et les Mestizos des Indes orientales. « Si vous êtes à Toledo, vous avez tout le Belize », comme dit le proverbe local. Ce mélange de cultures autochtones et immigrées donne lieu à une cuisine riche et variée, alliant les traditions de la pêche caribéenne à l’élevage maya et garifuna et à la production laitière mennonite.

En empruntant la route côtière de PG, vous arriverez à Copal Tree Lodge, un luxueux hôtel écologique situé dans la forêt vierge qui borde le Rio Grande. Des indices alléchants sur les saveurs du Belize se révèlent. Les pêcheurs tirent des filets dans de minuscules bateaux qui rebondissent sauvagement sur des vagues scintillantes, l’odeur de viande épicée provient de barbecues lointains et les fruits tropicaux sont lourds de maturité. Alors que nous roulons dans la jungle, à peine à 15 minutes de la côte, des palmiers retombants se dressent contre des lianes à la hauteur de gratte-ciels et de parcelles incongrues de savane de pins, où des sapins maigres se dressent comme une bouteille. des pinceaux. C’est un endroit qui se sent tellement vivant qu’il est difficile à comprendre. Un endroit où chaque centimètre carré grouille d’activité. Les Beliziens ont appris à travailler en harmonie avec ce pays et à produire des produits essentiels, notamment la noix de coco, le manioc, les fruits, la banane plantain, le maïs, la canne à sucre, le chocolat et les épices, cultivés selon des méthodes traditionnelles et cuits de manière préservée.

Yvette Ramirez travaille comme chef au Copal Tree Lodge depuis 11 ans. Plus de 70% de la nourriture est produite dans une ferme biologique sur place, notamment des légumes, de l’agneau, du poulet et même du chocolat. En tant qu’un des 10 frères et soeurs, elle a appris à cuisiner à la maison pour aider sa mère – une infirmière à la retraite. Le menu qu’elle a conçu pour le restaurant Garden Table est élaboré à partir de produits à base de légumes tels que le callaloo – une feuille semblable à l’épinard avec une douceur riche en fer – parcourant une très courte distance de la ferme à l’assiette. « Nous avons aussi la chaya, une feuille que nous utilisons pour faire un plongeon avec le lait et la crème que nous recevons des mennonites », explique. L’amertume naturelle de la chaya compense la richesse de la crème locale. Yvette utilise également la laiterie dans la production de sa queso fresco, un fromage frais recouvrant des tacos et des tostadas, ainsi que des crèmes glacées à la saveur intéressante, comme le curcuma. « Nous utilisons beaucoup de nos épices pour préparer des plats inspirés de la culture des Indes orientales », explique-t-elle. La crème glacée est étonnamment bonne, la terre parfumée de la racine est renforcée par la canne à sucre.

Grâce à sa formation de chef professionnel, Yvette est une cuisinière très différente de sa mère Hazel, qui utilise toujours les méthodes traditionnelles pour gérer un service de restauration à domicile. Elle nous invite à faire du hudut, un plat important pour le peuple garifuna, qui était autochtone, mais originaire de l’île caribéenne de St Vincent. « Tout le monde sait que je suis une bonne cuisinière! » Hazel éclate de rire en se rassemblant autour de son petit poêle. «C’est notre nourriture de loin.» Elle a appris à cuisiner ce plat de plantain vert et mûr servi avec un ragoût de poisson aromatique propre mère. Une grande planche de bois à pointes s’appuie contre le mur de la cuisine, encore humide de noix de coco fraîchement râpée. « Tout est à propos de la noix de coco, de la coriandre [coriandre] et du culantro [une herbe aromatique à feuilles larges] et du poisson », explique-t-elle en tapotant le bouillon pour le cuire. « Dans les temps passés, nous en préparions beaucoup – c’était notre nourriture quotidienne. »

Comments are closed.