José Andres, un chef humanitaire

Humanitaire. Immigrant. Chef. Trois mots qui définissent José Ramón Andrés Puerta et ses priorités mieux que tout autre. C’est un homme qui prend la philanthropie aussi sérieusement que la fine cuisine; une personne qui s’est donné pour mission de faire droit aux autres au cours de son voyage vers le sommet.

Le voyage du chef a commencé sur un navire de guerre. À 19 ans, il est détaché comme chef dans la marine espagnole, où il fournit les repas à un amiral. Ses voyages à travers le monde lui ont donné accès à de nouvelles cuisines et ingrédients, ainsi qu’à un premier aperçu de la pauvreté. Un point de repère remarquable le vit accoster près des favelas du Brésil, ce qui l’initia à une sorte de faim et de désespoir dont il n’avait pas été témoin auparavant. Les graines de l’altruisme ont été semées et il s’est promis discrètement qu’il pourrait, quand et où il le pourrait, faire quelque chose.

Après avoir terminé son service militaire, Andrés a déménagé dans des restaurants. La fin des années 1980 le voit passer à elBulli, où il rencontre Ferran et Albert Adrià, hommes qu’il considère aujourd’hui être les meilleurs amis.

Bientôt, il se tourne vers les Etats-Unis et le rêve américain. Le pays des occasions a montré sa main à Andrés et il a doublé avec joie. Il a commencé à travailler dans les cuisines de Manhattan, où il a appris la langue et la structure des restaurants américains. C’est ici qu’il a pris en considération son propre style de nourriture et la manière dont il s’appliquerait en Amérique.

Pendant tout ce temps, cours de cuisine il resta fidèle à la gentillesse. Dans ses temps libres, il faisait du bénévolat dans les soupes populaires. Il a également rejoint Share Our Strength, une initiative qui donnait des cours de cuisine aux communautés pauvres de la capitale américaine. Il a commencé à se rendre compte que la nourriture pouvait être un facteur important dans la force du bien.

Comments are closed.