Le Galanga, une plante multi-effets

Parmi les plantes qui nous font du bien, on peut noter le gingembre, mais il y a aussi, moins connu, le galanga. Originaire d’Indonésie, le galanga – plante vivace composée de rhizomes rampants cylindriques – pousse en Asie du Sud-Est, en Malaisie et en Thaïlande. Ingrédients de base de la cuisine asiatique, il est loué sur sa terre d’origine pour ses pouvoirs « magiques », euphorisants et aphrodisiaques.

galanga

Vanté depuis des siècles pour ses nombreuses vertus thérapeutiques, le galanga, selon les médecins du XVIe siècle, rafraîchit l’haleine, facilite la digestion et soigne l’aérophagie. On le décrivait même, alors, comme un remède contre maladies cardiaques. On trouve les racines fraîches dans les épiceries asiatiques. Enfermé dans un sachet hermétique – pour éviter qu’il ne dessèche – le galanga se conservera 2 à 3 semaines dans le bac à légumes du réfrigérateur. Une fois pelé, il se râpe ou se taille en fines lamelles pour parfumer les bouillons, les jus ou entrer dans la composition de condiments. D’un parfum proche de celui du gingembre, il s’utilise dans les ragoûts épicés, les plats au curry, s’associe à la volaille, à l’agneau, mais aussi aux poissons et aux fruits de mer. Le galanga est donc une très bonne plante à intégrer dans vos plats. On apprécie particulièrement l’utilisation de cette plante dans les plats Thaï ou indonésiens.

Comments are closed.